RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de COMMUNAUTES


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivante ›   Fin »

PERE ERIC BOULEAU (1929-2010)

L'infatigable missionnaire du Canada nous quitte

>> Eric Bouleau, prêtre de la congrégation des Sacrés-Cœurs, et ancien missionnaire au Canada est décédé le 15 janvier dernier à Vannes.
Le "grand Eric" venait tout juste de fêter ses 81 ans. L'enterrement aura lieu mardi prochain, 19 janvier, à 14h30 en l'église de Sarzeau.

Né le 9 janvier 1929 à Château-Gontier (Mayenne), il entre dans la Congrégation et fait sa profession temporaire le premier novembre 1949 à Montgeron. Il continue ses études à Châteaudun où il fait sa profession perpétuelle, le 21 novembre 1953. Il reçoit le sacrement de l'ordre des mains de Mgr Ménard, évêque auxiliaire de Chartres, le 6 juillet 1954.

Un an après, le tout jeune prêtre reçoit la tâche d'être au service des vocations à Sarzeau. En septembre 1955, il est, selon l’appellation d’alors, recruteur.

► 40 ans au Canada

Cinq après, il est nommé pour le Canada. Très vite, il prend ses marques et rejoint une nouvelle fondation de la Congrégation des Sacrés-Coeurs: la "maison St Pie X", près du lac Saint Jean. Il est alors professeur au séminaire de Metabetchouan, et devient le Prieur de St Pie X Prieur en 1961. De septembre 1964 à juin 1966, il fréquente l'Université de Laval pour l’obtention d’une licence es Lettres.

En 1966, il est nommé supérieur de la maison d’Alma, près du lac Saint-Jean et est directeur régional de la pastorale scolaire. De septembre 1969 à juin 1978, il est aumônier scolaire. Pendant ce temps et jusqu'en 1984, il accompagne les hommes qui travaillent au complexe hydro-électrique de la baie James. Il crée pour les ouvriers une "christothèque" où il déploie un fructueux apostolat.

Après un bref passage à l’Institut de Pastorale à Montréal, il sert la Paroisse Saint-Eugène à Saint Jean-sur-Richelieu, près du lac Saint-Louis, comme administrateur en 1985 tout d'abord, puis, comme curé.

En 1992, il assure la charge de curé à la paroisse de la Sainte Famille à Boucherville, puis l'année suivante, il est curé de la paroisse Saint Amable.

► Retour en France

Après quarante ans de service au Canada, il revient en France en octobre 2000 et rejoint la communauté de Sarzeau.

En septembre 2001, il est nommé Supérieur de la communauté de Sarzeau et élu conseiller provincial. Il participe au Conseil des Anciens de la Ville de Sarzeau. En juin 2004, il sollicite son remplacement comme supérieur de communauté.

Toujours très actif, et avec l’approbation du Provincial, il est nommé par l’évêque de Vannes, aumônier diocésain du Secours catholique du Morbihan, vicaire à Arzon, vicaire à St Gildas de Rhuys et desservant à Sarzeau.

Il quitte ce ministère au début de février 2008 et rejoint la communauté de Sarzeau. Admis aux urgences de l'hôpital Schubert à Vannes le 14 janvier 2010, un hématome au cerveau, dont l’origine est incertaine, a hâté son décès.


Père Eric Bouleau, ss.cc (1929-2010)
En tout lieu et en tout temps, il a brûlé de zèle pour ta maison, Seigneur !



PERE RAYMOND DARIELLE (1944-2009)

La Paroisse Saint Gabriel est en deuil alors qu'elle s'apprête à célébrer sa messe de rentrée, ce dimanche 27 septembre. Le Père Raymond Darielle, vicaire, et membre de la Congrégation des Sacrés-Cœurs est décédé dans la nuit du 25 septembre, à vannes (56).

Il avait été hospitalisé le 28 août. Il aura passé quatre semaines à l'hôpital, dans le service d'oncologie. Le Père Raymond avait 65 ans. Les obsèques seront célébrées à Sarzeau le mardi 29 septembre à 14h30.
Né le 30 août 1944 à Rennes, il fait ses vœux temporaire le 8 septembre 1963 à Châteaudun, puis, devient profès perpétuel le 25 mai 1969 à Strasbourg. C’est en 1971, en l’église de Ploubazlanec, que Raymond va être ordonné par Mgr Kervéadou, évêque de St Brieuc.

Après son Ordination, il fait une année d'études de droit canonique à Strasbourg; En septembre 1972, il rejoint la communauté de Montgeron dont il assure l'économat; il suit des cours de droit civil à Paris et, à partir de 1975, est nommé aumônier du collège "le Thabor" à Montgeron.

Elu conseiller provincial en 1976, il remplit cette charge jusqu'en 1982. En 1978, il est nommé par l'évêque d'Evry au service de la pastorale des Ecoles catholiques. En septembre 1984, il quitte la région parisienne pour rejoindre la communauté de Graves où il est nommé animateur au foyer des jeunes.

En août 1989, il rejoint la maison provinciale à Paris (Auteuil). Il est nommé supérieur de la communauté et chargé de la Procure des Missions. Il prend la suite du P. Luc Berra pour la publication de "Notre Lien" qu'il assurera jusqu'en octobre 1995 avant d'en confier la suite à Horizons Blancs.

En 1995, il est nommé économe de la communauté de Sarzeau, et en devient le Supérieur en 1996. L'année suivante il est élu conseiller provincial. En septembre 2001, il rejoint la communauté de Montgeron dont il est nommé économe. A la demande du Provincial, il accepte la charge de secrétaire du Conseil provincial à partir de septembre 2003.

En décembre 2006, il rejoint la communauté de St Gabriel, pour un ministère en paroisse ! Un grand défi pour Raymond, disait-il. Pendant un peu plus de deux ans, il était à l’accueil de l’église, s’occupait des baptêmes et des obsèques.

Après une alerte au milieu du mois de juin 2009, qui avait nécessité une brève hospitalisation, il avait repris ses activités avant de partir en congé à Sarzeau. Hospitalisé à nouveau le 28 août à Vannes, le diagnostic révélait un cancer généralisé. Après avoir passé quatre semaines à l'hôpital, dans le service d'oncologie, il est décédé dans la nuit du 25 septembre 2009. Il avait reçu le sacrement des malades en pleine conscience et envisageait son départ dans un profond et admirable sentiment d'abandon.


« Nicodème est venu de nuit en quête de lumière: Ténèbres - Lumière... Mort - Vie... Ces réalités sont devant nous. Il nous reste à choisir.

Nous sommes au coeur de la foi. Il n’est pas facile d’aller au-delà des apparences. Combien sont découragés par ce monde de ténèbres où règnent la haine, la violence. Alors, ils préfèrent les ténèbres à la lumière. Non par plaisir, mais parce qu’ils ne savent pas comment en sortir. Les nouvelles que nous lisons ou voyons à la télé sont plus souvent ténèbres que lumière. Nous risquons alors le découragement, baisser les bras. Les ténèbres nous enveloppent.

Mais Dieu est riche en miséricorde. Il a envoyé son Fils nous donner la vie éternelle. Comme le serpent de bronze sauvait les Hébreux de la mort, le Fils nous est offert. Il est élevé sur la Croix, et, si nous le fixons, il nous sauve. Il est élevé sur la Croix où tout semble englouti dans la mort. Il est élevé surtout par la Résurrection où il nous entraîne avec Lui.

Ce n’est plus de nuit, comme en cachette que nous devons approcher le Christ. Baptisés, confirmés, nous marchons vers Lui et soutenus par Lui. »

Méditation du Père Raymond Darielle, ss.cc
sur l’Evangile de Nicodème (Jn 3, 14-21)
4ème dimanche de Carême - B
Paroisse Saint - Gabriel, 2009






Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé