RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de COMMUNAUTES


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivante ›   Fin »

PRIERE DE NOEL

Je marche à la suite d’un homme nommé Jésus

En regardant la crèche, j’aimerais pouvoir crier :
« Voyez, nous, les chrétiens,
nous marchons à la suite d’un homme
né dans les bras d’un charpentier
et non dans le berceau d’un roi ».

Je marche à la suite d’un homme qui n’est pas de ma race,
ni même de mon époque.
Je marche à la suite d’un certain Jésus de Nazareth
qui n’a pas écrit de livres, ni commandé d’armées.
Tout ce qu’il a dit, voilà ma parole et ma nourriture.
Tout ce qu’il a fait, voilà ce que j’aime.
Son chemin est mon chemin.
Son Père est mon Père ;
et sa cause est mienne.
Ma Mère, à cause de lui, s’appelle aussi Marie.
De lui, peu à peu, j’apprends la mansuétude,
le sens de la liberté, la recherche d’une justice
empreinte d’humilité.

Je marche à la suite d’un homme qui m’a saisi par le cœur,
par mes racines, par le meilleur de moi-même.
Je marche à la suite d’un homme qui me veut libre, sans chaînes.
Je marche à la suite d’un homme qui, tout en étant mon Seigneur,
est mon meilleur ami.
Je le reconnais à la chaleur de la vérité,
à son côté blessé, livré, ouvert,
qui me fait vivre en frère de tous.

Je marche à la suite d’un homme
par ce petit sentier étroit et fragile.
Ses traces sont si uniques que peuvent s’y inscrire
les pas des grands saints comme le pied d’un enfant.
Si vous avez entendu sa voix ou son murmure ;
son chant, sa vérité si douce et exigeante…
Si vous avez compris sa personnalité,
sa manière d’agir en faisant de grandes choses
comme font les petits…
Si vous avez demandé son pardon
et reçu la paix d’une étreinte invisible…
Si vous avez senti son délicat parfum d’espérance,
et goûté le pain du travail et de la fatigue des pauvres…
Si vous l’avez aperçu dans la longue cohorte de ceux qui pleurent…
Si vous l’avez rencontré parmi les persécutés, les laissés pour compte,
les disparus, les exilés, les marginaux…
Si vous avez serré des mains blessées, transpercées de clous,
mais remplies de la force de l’Esprit…
Alors, laissez-moi vous le dire :
cet homme, c’est Jésus, le Maître qui nous appelle.

Et maintenant, risquons-nous à tout bouleverser :
les grands au service des petits…
les riches appauvris pour vêtir l’homme nu…
le pain pour être partagé…
et cesser de se croire chacun un homme bien,
pour devenir chacun bien meilleur qu’il n’était…
et ma barque, et la tienne, quille au ciel, mât dans l’eau…
et le monde devenant une maison pour tous…
et tous frères, toi et moi, vous tous également.

® Père Esteban Gumucio, ss.cc - Chili

Illustration: www.evangile-et-peinture.org


® Télécharger le texte d'Esteban Gumucio


Pour en savoir plus sur Esteban Gumucio ss.cc

Présentation sur notre site web dans la rubrique Figures Picpuciennes

Site web dédié au Serviteur de Dieu, Esteban Gumucio Vives www.estebangumucio.cl









CONGRES INTERNATIONAL DU SACRE-COEUR

Du 6 au 10 octobre à Paray-Le-Monial

Un groupe d’Américains, aidé par le Père Richard McNally de la Congrégation des Sacrés-Cœurs (Picpus), organise du 6 au 11 octobre le premier congrès mondial sur l’intronisation du Sacré-cœur de Jésus dans la famille, avec des intervenants des États-Unis et d’Europe, à Paray.

C’est dans cette ville, en décembre 1673, que Jésus a révélé son Cœur à Sainte Marguerite-Marie Alacoque, jeune religieuse du couvent de la Visitation (notre Photo).

Le Christ lui apparaît, lui révélant son Cœur rayonnant comme un soleil, portant la trace du coup de lance. Il lui adresse alors ce premier message: "Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes, et pour toi en particulier, que ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande par ton moyen."

L’année suivante, Jésus lui apparaît de nouveau, un premier vendredi du mois. Il se plaint que les hommes soient si loin de son Amour, et le lui rendent si peu. Il lui demande de l’accompagner dans sa prière du Jardin des oliviers chaque veille de premier vendredi du mois. En 1675, de nouveau, le Christ lui révèle son divin Cœur, et lui laisse ces paroles: "Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour". Il lui demande alors que soit instaurée la fête du Sacré-Cœur. C’est ainsi qu’à partir de Paray-le-Monial, s’est répandu dans le monde le culte du Sacré-Cœur.

Le 24 août 1907, Le Père Mateo, religieux de la congrégation des Sacrés-Coeurs, malade et épuisé, entre dans la chapelle des Apparitions de Paray-le-Monial: "Là, j’ai prié, et soudain j’ai ressenti en moi-même un choc étrange. J’étais frappé par un coup de la grâce, en même temps très fort et infiniment doux. Lorsque je me suis levé, j’étais complètement guéri. Alors, à genoux dans le sanctuaire, absorbé dans l’action de grâces, j’ai compris ce que le Seigneur voulait de moi. Le soir même, j’ai conçu le plan de conquérir le monde pour le gagner à l’amour du Cœur de Jésus, et cela maison par maison, famille par famille". Ce fut le début de l’œuvre de l’Intronisation du Sacré-Cœur à laquelle le Père Mateo a consacré sa vie.

Cette œuvre, fut approuvée en 1915 par le pape Benoît XV qui écrivait: "Cette intronisation propage avant tout l’esprit chrétien en établissant dans chaque foyer le règne et l’amour de Jésus-Christ. En faisant cela, vous ne faites qu’obéir à Notre Seigneur Lui-même, qui a promis à Ste Marguerite-Marie de faire pleuvoir ses bénédictions sur les maisons où l’image de son Sacré-Cœur serait exposée et honorée avec dévotion."

Le Congrès mondial du Sacré-Cœur qui va se dérouler à Paray du 6 au 10 octobre est une réponse à ce désir de Jésus de gagner les familles, les paroisses et le monde à son amour. C’est aussi la demande du pape Jean- Paul II qui nous demandait lors de sa venue à Paray: "Faites bon accueil à la présence du Cœur du Christ. Confiez-lui votre foyer. Aspirez à puiser dans ce Cœur ouvert l’amour de salut et de guérison dont les familles ont besoin pour bâtir une civilisation de l’amour… Partout, dans la société, dans nos villages, dans nos quartiers, dans nos usines et nos bureaux, dans nos rencontres entre peuples et races, le “cœur de pierre”, le cœur desséché, doit se changer en 'cœur de chair', ouvert aux frères, ouvert à Dieu. Il y va de la paix. Il y va de la survie de l’humanité. Cela dépasse nos forces. C’est un don de Dieu. Un don de son amour."

Prions pour le rayonnement de ce congrès international et, en union avec les participants de Paray, renouvelons notre engagement à accueillir l’amour de Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs et à le faire connaître.

Intervenants : Cardinal Raymond Burke; père Richard McNally, ss.cc ; père Mitch Pacwa, père Gabriel Phalip, ss.cc ; Raymond De Sousa ; docteur Timothy O'Donnell ; docteur Carmina Chapp…

Pour plus d’informations sur ce congrès, télécharger la plaquette d'information sur le site www.sacredheartapostolate.com



Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé