RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de COMMUNAUTES


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivante ›   Fin »

Soeur Chantal Chambon (1935-1910)

Une enseignante née...

>> Née le 18 octobre 1935 à Beaumont-sur-Oise, Sœur Chantal a connu notre famille religieuse par l’intermédiaire des Frères de la paroisse Saint-Gabriel, à Paris, dans le vingtième arrondissement où elle vivait au sein de sa famille, avec ses parents, ses trois sœurs et ses sept frères.

C’est d’ailleurs dans l’église paroissiale Saint-Gabriel que Chantal fit sa profession perpétuelle le 28 mai 1972 après avoir vécu postulat et noviciat à La Grand’Maison à Poitiers où elle fit sa première profession le 11 février 1968.

Déjà institutrice et catéchiste avant d’entrer dans la Congrégation, ce sont les deux grandes vocations que Chantal a poursuivies tout au long de ses quarante-deux ans de consécration au service des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie.

Elle était une enseignante née. Sa pédagogie était de haute qualité car Chantal aimait passionnément les enfants qui lui étaient confiés, et répondait en cela à ce que demandait la Bonne Mère à ses filles, à savoir: "Que les enfants soient heureux chez nous".

À Rennes, à Paris, à Boissy-Saint-Léger, à La Verpillière, et encore à Paris jusqu’à l’âge de la retraite, Chantal s’est donnée entièrement dans les classes où il lui revenait d’être tantôt l’institutrice, tantôt la directrice, de donner la catéchèse, d’animer des colonies de vacances et des classes de découvertes. Ménilmontant fut l’un de ces lieux privilégiés d’apostolat, elle y exerça pleinement sa réelle prédilection pour les plus pauvres… Beaucoup d’enfants devenus adultes ont gardé de leur maîtresse un souvenir inoubliable car Sœur Chantal devinait ce dont chacun et chacune avait besoin pour apprendre, mais aussi pour grandir en humanité.

Dans tous ces lieux, Chantal a vécu en communauté tantôt avec beaucoup de Sœurs, tantôt avec seulement quelques-unes, et toujours elle aimait leur raconter les histoires survenues dans ses classes, sur le chemin de l’école, en classe verte… Ce n’était jamais banal et tout cela était soutenu par une intense vie de prière et souvent égayé de son rire bien à elle.

A l’heure de la retraite, Sœur Chantal ne fut pas en reste: elle s’engagea dans le soutien scolaire dans les hôpitaux, visita des enfants malades et des personnes âgées… Et puis elle mit ses talents au service de la Congrégation en faisant, durant deux étés à Rome, un bon travail de relecture des lettres de la Bonne Mère.

Sa santé devenue plus délicate, Sœur Chantal a reçu obédience pour la communauté de Boissy en septembre 2008. Elle s’y rendit mais l’adaptation était rude jusqu’au jour où elle quitta Boissy il y a quelques mois.

Sœur Chantal est décédée subitement le 29 janvier 2010, à la veille de la messe télévisée dans la chapelle de Picpus, messe qu’elle se réjouissait de voir sur le petit écran.

À celle qui a vécu avec assiduité et force sa consécration baptismale, et donné le meilleur d’elle-même au service de l’éducation, ministère si essentiel pour notre charisme des Sacrés-Coeurs, les Cœurs de Jésus et de Marie auront réservé un accueil de choix, nous n’en doutons pas. Cependant, nous la recommandons à vos ferventes prières.

"Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange:
ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits."
(Mt 11, 25)




Sœur Chantal Chambon, ss.cc (1935-2010)
Circulaire de Sr Jeanne Cadiou, ss.cc, Supérieure provinciale




soeur francoise Houdou (1921-2010)

Elle portait le souci du bien-être de tout le monde

>> Sœur Françoise Houdou allait avoir 89 ans en juillet prochain.
Née à Gorron en Mayenne, le 4 juillet 1921, elle avait été baptisée le jour même, et certainement mise par ses parents sous la protection de Notre-Dame de Pontmain qu’elle chérira tout spécialement tout au long de sa vie.

N’est-ce pas d’ailleurs en la fête de Notre-Dame de Sainte Espérance (Notre-Dame de Pontmain), le 17 janvier 2010, que notre Sœur a rejoint la Maison du Père, introduite certainement par Celle qu’elle a si souvent priée? Quelle délicatesse de Marie en récompense de la ferveur des "Je vous salue, Marie" mille et mille fois redits par Sœur Françoise!

Notre Sœur avait prononcé ses Vœux Temporaires le 4 août 1948 à Paris et avait fait son engagement perpétuel quatre ans plus tard.

Une grande partie des emplois confiés à Sœur Françoise ont été liés à sa grande capacité de travail, à son esprit de service et à ses talents de couturière: coupe, couture, broderie… Rien ne lui résistait et l’on était fier de porter quelque chose confectionné par elle. Elle aimait les belles choses, les appréciait et les réalisait.

Quand elle est arrivée à la communauté de Saint-Servan en 1978, le service d’économe-intendante lui fut confié. Et il y avait du monde à la Maison Sainte-Anne: les Sœurs de la communauté, les Dames de la Maison de Retraite, et tous ces vacanciers de passage. Ses compagnes de communauté témoignent: "Avec elle, on ne manquait de rien, elle portait le souci du bien-être de tout le monde." Et puis ajoutent-elles: "Sa famille est devenue un peu notre famille"…C’est pourquoi, en ce jour, nous sommes heureuses d’en voir quelques membres venus se joindre à notre assemblée de prière pour un dernier adieu à notre chère Sœur Françoise.

La prière était au cœur de la vie de Sœur Françoise, et les Sœurs parlent de sa grande fidélité au ministère d’Adoration.

Arrivée en mars 2003 à La Grand’Maison, Sœur Françoise était déjà bien atteinte dans sa santé. Très vite la communication est devenue difficile et, peu à peu, impossible. Nous la sentions murée dans son silence, impossible à atteindre. Sur son visage se lisait la souffrance, mais impossible de trouver un chemin pour savoir ce qui pouvait la soulager. Nous avons toutes été témoins de la bonté, de la délicatesse du personnel de la Maison pour tenter de capter un regard, un signe… mais le mystère demeurait. Avec son mystère, Sœur Françoise s’en est allée.

Soyons sûrs que, près de Jésus et de Marie au service de qui elle a vécu dans notre famille religieuse durant plus de soixante ans, elle a retrouvé sérénité et sourire au nom même de la fidélité qui a été la sienne.


Sœur Françoise Roudou, ss.cc (1921-2010)
par Jeanne Cadiou ss.cc, lors des obsèques le 20.10.2010






Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé