RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de RESSOURCES


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 |

Julos Beaucarne

par Luc Schweitzer ss.cc,
in "Horizons Blancs" n°190


En juin 2006, il a fêté ses 70 ans mais, comme il le dirait sans doute, cela fait 50 ans qu’il a 20 ans ! Julos Beaucarne continue d’enchanter, mais aussi d’interpeller, petits et grands avec une ardeur de jeune homme. Chanteur, poète, rêveur, conteur, saltimbanque, inventeur, jongleur de mots et d’images, touche-à-tout, défenseur de l’écologie et des opprimés, acteur dans Le mystère de la chambre jaune et dans Le parfum de la dame en noir, deux films de Bruno Podalydès, il n’en finit pas de nous étonner.

S’il revendique haut et fort sa fierté d’être wallon, s’il aime et chante son terroir, son pays d’Ecaussinnes en Hainaut, il n’en est pas moins un citoyen du monde, sillonnant la planète et alertant les consciences endormies en tant que militant infatigable de la paix. Julos chante et raconte en français et en wallon, mais son langage est toujours celui du cœur et, de ce fait, il est universel. Jamais il ne s’est soucié des modes, jamais il n’a essayé de plaire aux manitous du show-business. Ses fidélités, ce sont celles de la poésie et de l’intégrité.

En 1975, juste après la mort de sa femme assassinée par un déséquilibré, il écrit à ses amis un texte bouleversant dans lequel il n’est question que de « reboiser l’âme humaine » et de « s’aimer à tort et à travers ». Aujourd’hui, après avoir subi un double pontage coronarien durant l’été 2006, le voici de retour avec un nouvel album intitulé Le Jaseur boréal. Il y chante « les vrais amis », s’inquiète de constater que « les loups ont des têtes de mouton », nous parle avec tendresse des « naufragés de l’Alzheimer » ou encore nous raconte l’histoire de « Noémie, la petite fourmi »…

L’ami Julos est encore là, éveilleur de ceux que les ronrons des médias font dormir. « Les poètes, écrit-il, sont de grands sémaphores, ils nous font des signes, ils marchent pieds nus dans la rosée du jour qui se lève, ils gardent leur lampe allumée tandis que tout le monde dort, ils signalent, ils sont un peu des prophètes, ils restent à l’écoute au bord du monde. » Merci, Julos!

Julos Beaucarne
Editeur Chant Du Monde
octobre 2006

Philippe Forcioli

par Luc Schweitzer ss.cc,
in "Horizons Blancs" n°186


Au pays des chansons, y a-t-il encore place pour autre chose que les œuvrettes formatées et prédigérées qui figurent au premier rang du rayon Variétés des grandes surfaces ou de celles de chanteurs fabriqués par des médias qui ne pensent qu’en termes de rentabilité ? Au pays des chansons, y a-t-il encore des poètes et des troubadours ?
Oui, oui, il y en a qui résistent et qui vont encore leur chemin de poésie contre vents et marées ! Ainsi en est-il de Philippe Forcioli. Il chante et raconte la vie, l’amitié, la route et le vent, la beauté des oiseaux et celle des ânes et St François d’Assise… Il chante aussi sa foi : foi en l’homme, foi en Dieu. Homme libre, Philippe Forcioli se produit sur scène, mais il ne dédaigne pas d’être invité aussi chez l’habitant. C’est ainsi que j’ai pu le voir et l’entendre, l’an dernier, dans une petite salle où nous n’étions guère plus d’une quarantaine de personnes. Instants magiques à l’écoute de cet homme avec qui s’établit aussitôt une grande connivence.

Ses chansons sont belles, simples et lumineuses, à l’exemple de cet extrait d’une des chansons de son dernier album :
"Le pays où crèche un ami
C’est notre pays
Et la rue de la ville de l’ami
C’est ma rue aussi
Tant de noms tant de lieux me traversent
Si je comptais j’aurais mille adresses
Je suis partout chez moi si l’ami
Partage son toit avec moi
Je suis partout chez moi si l’ami
Partage avec moi.


N’hésitons pas à découvrir ce troubadour de notre temps ! Il le mérite.

Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 |
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé