RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de PUBLICATIONS


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »

Malgré la nuit, de Gérard de Villers

En quelques années, au moins dans les pays favorisés, le regard sur le sida a bien changé, et le traitement de la maladie s'est nettement amélioré. Dans les hôpitaux, plus rien n'est tout à fait comme avant la prise en compte de ce fléau. En particulier, l'apparition des trithérapies a fait reculer de manière spectaculaire l'échéance de la mort pour de nombreux patients.

Et pourtant, en dépit de ce contexte nouveau, le mal continue de frapper. Des êtres chers disparaissent, des familles, des amours sont brisés. Comme aumônier d'hôpital, Gérard de Villers, ss.cc., est présent à ces situations tragiques. Malgré la nuit, il veut, avec d'autres, croire à l'aurore. "Aimez-vous les uns les autres... comme je vous ai aimés." C'est l'exhortation centrale de l'Evangile. De façon particulière, face à l'épidémie du sida, n'est-ce pas ce qui, bien au-delà de tous les préceptes ou dogmes, reste toujours à inventer dans le concret de la vie ?

Comme le dit bien Pierre Talec dans la préface de ce livre, "Gérard de Villers n'exploite ni l'émotionnel ni le dramatique de certaines situations... Ce qui me frappe dans la relation des faits qu'il rapporte, c'est son attention au réel du malade, son souci de respecter la liberté des patients, sans aucune directive de sa part, son honnê¬teté à avouer qu'il est parfois dans le doute pour s'y prendre. Gérard de Villers est un pratiquant de la douceur". Cela permet de mieux situer l'Homme du Sacrement quand il est intégré à un ensemble plus vaste que lui-même et porteur d'une belle humanité.

"Malgré la nuit"
Gérard de Villers
Editions Desclée de Brouwer,
1998, 164 p.

Le jour qui vient: témoignage poétique, de Luc Schweitzer

Premier livre de Luc Schweitzer, de la congrégation des Sacrés-Coeurs. L'écriture et la foi: en prenant garde de bien dissocier ses deux passions, l'auteur précise que cela n'a rien d'un livre pieux dans le mauvais sens du terme. Bien sûr, cela pourra toucher des non-croyants, mais peut-être aussi d'autres personnes.

Un drame poétique, qui aura le mérite de ne déflorer ni le style ni l'univers, dépeint par petites touches, des textes courts. Une écriture que la directrice de collection aura tout de suite comparée aux Mystères du Moyen-Age, avec une écriture moderne quand même.

Le Jour qui vient essaie de situer les combats, les épreuves et les espoirs d'un homme, dans un cadre qui les englobe et les dépasse, et qui est celui de la lutte du Bien et du Mal, de Dieu et de Satan. Un homme s'interroge sur sa propre existence, avec cette conviction qu'elle a une signification cachée, qui ne se révèlera pleinement qu'au jour que Dieu a choisi. Il est comme un enfant qui a peur de la nuit, et qui voudrait que le jour ne cesse jamais. II marche vers Dieu, dans une nuit qui se déchire parfois pour laisser passer la lumière et voit poindre son espérance: le jour de Dieu, le Jour qui n'a pas de fin.

"Le jour qui vient"
Luc Schweitzer
Editions Caractères
1998, 172 p.

Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé