RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de SPIRITUALITE


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 |

Pendant la nuit de nöel 1800...

Vœux des Fondateurs à Poitiers

Dans la nuit de Noël 1800, au 221 rue des Hautes-Treilles (36, rue Renaudot), à Poitiers, le salon du premier étage, transformé en oratoire, est bondé. L’office commence: le prêtre, Pierre Coudrin, se met à genoux devant l'autel et murmure:

"Moi, frère Marie-Joseph, fais voeux de pauvreté, de chasteté, d'obéissance, suivant les lumières du Saint Esprit, pour le bien de l'Oeuvre, comme zélateur de l'Amour des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie au service desquels je veux vivre et mourir ». Quelques instants après, Henriette Aymer prononce elle aussi ses voeux.

Etrange rite pour une nuit de Noël! Sauf s'il s'agit de signifier une naissance. Les paroles prononcées l'évoquent: l'Esprit Saint a pris sous son ombre cet homme et cette femme.

L'Oeuvre que Dieu a donné d'entrevoir au jeune prêtre, à la Motte d'Usseau, est bien en train de prendre corps, ici, dans cette demeure que l'on nomme la Grand'Maison. Elle prend corps comme le Verbe à Bethléem, dans l'obscurité et la pauvreté.

En avril 1794, les péripéties de sa vie clandestine ont conduit Pierre Coudrin auprès d'un groupe de jeunes femmes qui prient et se dépensent pour l'Eglise persé¬cutée. Comme au matin de Pâques, ce sont des femmes qui répondront les pre¬mières à l'appel du Ressuscité. Pierre pressent que là se trouvent les prémices de " L'Oeuvre de Dieu". C'était rue des Olérons, au bas de Poitiers. Pour déjouer les soupçons de la police vigilante, l'Association du Sacré-Coeur déménage souvent. Vient l'heure des choix et des clarifications. Au printemps 1797, le Père Coudrin et sa coopératrice, Henriette Aymer, décident de se séparer de l'Association du Sacré-Coeur. Une maison est achetée sur les hauts de la ville, exactement en face de l'hôtel des Dames Aymer.

A la nuit tombée, un soir de septembre 1797, une étrange procession remonte les rues étroites et sombres de la ville endormie. Les Solitaires, qui ont le projet de se consacrer à Dieu, quittent la maison de l'Association du Sacré-Coeur, face à la Cathédrale. Pierre Coudrin, portant le Saint Sacrement, marche en tête et s'arrête devant le portail du 221, rue des Hautes-Treilles. Là, au premier étage, dans une cachette aménagée derrière les boiseries du salon, il dépose la Sainte Réserve. L'Adoration peut commencer. L'époque n'est pas sûre encore pour Marche-à-Terre. Un artisan de Montbernage, aidé par la Mère Henriette, a creusé des cachettes dans l'épaisseur des murs.

Cependant, l'Oeuvre de Dieu se déve¬loppe. En 1799, arrivent les premiers frères. La Grand'Maison devient un foyer d'Adoration et bientôt une maison d'éducation. Les Soeurs et les Frères enseignent, catéchisent, portent des secours dans les quartiers populaires de la ville. Après ce décès, en 1801, de la maman de la Mère Henriette, les frères iront occuper l'Hôtel Aymer, de l'autre côté de la rue, qui devient ainsi la première maison de la branche masculine.

Déjà, l'Eglise, sortant de l'ombre de la clandestinité se penche sur "L'Oeuvre de Dieu" et déclare, par la voix des Vicaires Capitulaires du diocèse de Poitiers: "Cette Association est trop propre à faire aimer l'Evangile de Jésus Christ pour que nous ne l'approuvions pas de cœur et d'esprit!"



█ P. Bernard COURONNE, ss.cc
█ Vice-Postulateur de la Cause de Canonisation
du Fondateur de la Congrégation








MAI: Esteban Gumucio, un modèle pour la Congrégation et pour l'Eglise

Il y a 7 ans, le 6 mai 2001, en la fête du Bon Pasteur, mourrait à l’hôpital de l’Université Catholique de Santiago Esteban Gumucio ss.cc.

Le Père Esteban a été, pendant plus de 50 ans, un homme clef pour la vie de la Province du Chili. Ce fut un vrai cadeau de Dieu. Il occupe une place pleine de respect et d’affection dans le cœur de tous, non pas tellement en raison des responsabilités qu’il a assumées que par sa qualité d’homme et de religieux.

C’est lui, on peut le dire, qui a justement modelé ce que nous sommes à l’heure actuellement, comme communauté religieuse au Chili. Sa figure a marqué de manière significative toute l’Eglise et la Province du Chili. Laïcs, religieux et religieuses, prêtres et évêques ont vu chez Esteban le témoin fidèle de Jésus et du Père qui se fait proche de tous.

Ses écrits, rédigés tout au long de sa vie, sont remarquablement imprégnés de foi et de vie. Ils resteront comme le plus vivant témoignage de son passage parmi nous, à l'exemple de cet écrit nous partageant sur rêve pour notre Congrégation :

"Mon rêve pour la Congrégation"

1. Que nous, frères, nous nous aimions toujours en vérité, et, que nous n’ayons pas la prétention d’être des "triomphateurs" mais d’humbles serviteurs. Que chacun soit accepté avec son originalité et ses limites. Qu’importe qu’à l’avenir nous ne soyons qu’un petit nombre de frères pourvu que nous le soyons dans le Cœur de Jésus, avec cette cordialité empreinte de simplicité qui est celle de la Mère de Jésus.

2. J’aimerais que le service préférentiel des pauvres et notre "Pauvreté pour Jésus" ne nous laisse jamais satisfait à l’instar ces élèves qui obtiennent des bonnes notes à l’école. La pauvreté ne connaît pas de record. Elle ignore le nihilisme. Que les pauvres nous soient toujours source de souffrance et que nous nous mettions à leur école.

3. Je rêve aussi d’une congrégation joyeuse qui met sa foi en Dieu, quoi qu’il advienne : la grande leçon, que notre communion dans la mission doit léguer à l’Eglise et au monde, c’est de témoigner que ce qui est le plus grand et meilleur pour l’existence du monde consiste à vivre comme des enfants aimés gratuitement par le Père, en Jésus, avec l’Esprit.

Pour en savoir plus sur Esteban Gumucio:

Lire notre article sur ssccpicpus.fr dans la rubrique Figures Picpuciennes.

Consultez les sites web sur Esteban (en espagnol):

www.estebangumucio.cl

www.myspace.com/estebangumucio

http://padreestebangumucio.blogspot.com




Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 |
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé