RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de Bx EUSTAQUIO VAN LIESHOUT


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »

Apostolat à Poá (1935-1941)

Le 15 février 1935, le Père Eustaquio prit possession de la paroisse Notre Dame de Lourdes à Poá, dans la région de Sâo Paulo. Il recevait en même temps la charge pastorale du quartier de San Miguel Paulista, aujourd’hui siège épiscopal. Si la paroisse de Romaría était difficile, il en était bien de même à Poá. A son arrivée il y avait des problèmes avec les sectes spiritistes et de beaucoup d’indifférence.

Le Père Eustaquio se donne ici aussi avec un grand zèle aux visites des familles, des malades, des enfants et à l’organisation paroissiale. C’est surtout à partir de 1937 que l’apostolat du Père Eustaquio revêt une connotation assez particulière : le don de guérison par l’intermédiaire de Saint Joseph. Cette activité était spécialement orientée à renforcer la foi du peuple et à le libérer de la tendance à la superstition.

C’est alors que la renommée du Père Eustaquio commença à s’étendre dans le pays et de tous côtés commencèrent à arriver des personnes désirant le voir et obtenir une guérison. L’affluence était toujours plus grande : jusqu’à quelques dizaines de milliers de personnes par jour venaient à Poá. A cause des limites d’accueil de la paroisse, l’autorité civile commença à intervenir et les supérieurs se virent obliger de changer le Père Eustaquio. Aussitôt qu’il eut reçut l’ordre de ses supérieurs, le Père Eustaquio s’en alla de Poá : ce fut le 13 mai 1941.

Apostolat dans diverses localités (1941-1942)

Les deux dernières années de sa vie furent une véritable pérégrination. N’importe où il arrivait, même en essayant de se cacher, il y avait des gens qui le cherchaient pour lui demander aide, consolation et guérison. Il resta quinze jours à Rio de Janeiro, et là aussi il se forma de grands rassemblements de personnes qui le cherchaient. La publicité que commença à faire la presse fut telle qu’un jour il fallut interrompre le trafic de la plage de Botafogo à cause de la quantité de gens rassemblés qui cherchaient le Père Eustaquio.

Il fallut le sortir de là de nouveau, tout en essayant de ne pas révéler sa destination. De fait il demeura, sous le nom de Père José, dans la Fazenda de Río Claro, et là, se donna à la prière, la lecture et au soin des huit cent fermiers de l’entreprise. Quelques évêques et prêtres, malgré le caractère incognito du temps, lui demandèrent des bénédictions et des prières pour les malades, ce que fit le Père Eustaquio avec la permission de ses supérieurs.

Du 13 octobre 1941 au 14 février 1942, il fut envoyé à Patrocinio, assez loin de Sâo Paulo et de Río de Janeiro, villes où s’étaient produit les mouvements les plus importants. Là il put de nouveau exercer son apostolat publiquement avec certaines conditions. Là aussi il fit l’admiration des gens et il n’y eut pas un jour sans que des personnes se convertissent, par son intermédiaire.

Puis il fut envoyé à Ibiá, dans le Minas Gerais, comme curé puisqu’il semblait que la situation s’était calmée. De toutes façons, Ibiá était bien loin des lieux où s’étaient produits les grands rassemblements. Après trois mois d’exercice serein de son travail pastoral, ses supérieurs virent bon de le transférer comme curé à Belo Horizonte dans la paroisse des Sacrés-Cœurs. Il y restera du 7 avril 1942 jusqu’au 30 août 1943, date de sa mort.

Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé