RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de LA CONGREGATION


Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »

L'adoration, une forme spécifique de prière contemplative avec Jésus qui s'enracine dans l'Eucharistie

"La prière est toujours la respiration de la foi, et l'adoration est la respiration de la foi de celui qui voit sa vie identifiée à celle du Serviteur et à celle de sa Mère", écrivait le Père Juan Vicente Gonzalez ss.cc, dans un de ses ouvrages.

Dans l'actualisation et l'approfondissement de notre charisme ss.cc, il faudrait arriver à faire de l'adoration la prière normale des religieux et des communautés ss.cc. La foi qui anime la communauté ss.cc introduit dans une prière qui lui est propre parce qu'elle est marquée par une manière spécifique de voir et de faire l'expérience de Dieu, de regarder la réalité du monde et des hommes et d'apporter aux problèmes qu'elle pose des réponses de religieux. L'adoration réparatrice qui prolonge dans nos vies la célébration de l'Eucharistie pourrait être le grand "temps fort" de notre "être avec Jésus", un temps riche et privilégié d'expérience personnelle et communautaire de Dieu.

Notre adoration ne doit pas être une adoration quelconque; notre prière doit être nécessairement marquée par ce que nous croyons (le Dieu ss.cc, les Coeurs de Jésus et de Marie, l'Eucharistie ...) et ce que nous vivons (la situation du monde, les tâches apostoliques, les difficultés de la mission, l'itinéraire personnel et communautaire de vie et de foi).

Ce doit être une prière qui nous rend à la vie, à la mission, à la société, à la réparation, à la compassion.

Nous avons dit que "notre adoration n'est pas une adoration quelconque"; c'est une adoration eucharistique. "Dans l'eucharistie nous communions à l'action de grâce de jésus Ressuscité, Pain de Vie, Présence d'Amour. La célébration eucharistique et l'adoration contemplative nous font participer aux attitudes et aux sentiments du Christ à l'égard du Père et du monde. Ses attitudes et ses sentiments nous poussent à assumer un ministère d'intercession et nous pressent de travailler à la transformation du monde suivant les critères de l'Evangile. Ainsi, comme pour nos Fondateurs, l'Eucharistie est 1a source et le sommet de notre vie communautaire et apostolique". (Article 5 de nos Constitutions)

Notre conception et notre expérience de l'Eucharistie ont beaucoup progressé depuis un temps relativement récent. Notre adoration est une forme de prière en présence de l'Eucharistie; elle en prolonge la célébration; elle nous prédispose à l'intériorisation, dans la contemplation et le calme, de tout ce que signifie et implique la célébration eucharistique. L'Eucharistie, comme mémoire vivante de tout ce que Dieu a fait pour les hommes à travers Jésus et le don de sa vie, nous invite à "perdre" la nôtre dans le même sens.

La relation étroite entre la célébration de l'Eucharistie et l'adoration contemplative est l'antidote de toute "spiritualisation" désengagée de l'adoration un risque bien commun à notre époque si friande d'une religiosité diluée et si allergique à la foi en un Dieu qui entre dans l'histoire et qui engage notre vie.

Notre Adoration, un temps de contemplation avec jésus

Dans l'adoration nous nous unissons, "à la contemplation du Christ, à son écoute de la volonté du Père", lisons-nous dans les Constitutions des Soeurs. Celles des Frères disent que l'adoration est "un temps de contemplation avec Jésus Ressuscité, le Fils Bien-Aimé du Père qui est venu pour servir et pour donner sa vie".

Un mot-clé: contemplation. Une dimension clé notre adoration est "une adoration contemplative" Quand nous disons "contempler" nous pensons plus à regarder qu'à analyser, à un exercice du coeur plus que de l'intelligence, à un regard serein et aimant. Dans notre vie d'apôtres, l'adoration est un temps de contemplation avec Jésus, de contemplation du mystère personnel de Jésus.

"Contempler l'amour de Dieu manifesté en Jésus", entrer en communion avec la vie de Jésus, entrer dans les sentiments et les attitudes, de son Coeur: son attitude de Fils Bien-Aimé du Père, son attitude devant l'humanité qu'il est venu sauver. Contempler l'"Action de Dieu" cet Amour qui agit dans le monde pour le transformer. Contempler Jésus qui souffre dans les êtres humains qui souffrent et qui les libère. Découvrir avec admiration, surprise et gratitude qui est Dieu. Regarder, être. Non pas comme celui qui examine un problème étranger à sa personne, mais comme celui qui "est avec Jésus » et admire, qui se voit pris dans cette histoire d'amour, se sent aimé personnellement par Dieu, fait l'expérience d'un Dieu proche et intime, et se voit aussi appelé à entrer en communion - en relation de coeur à coeur, de personne à personne - avec ce qui "passionne" ce Dieu qui lui parle, ce Dieu qui l'appelle en Jésus-Christ à être instrument de la construction du Royaume.

C'est pour cette raison que l'adoration est une contemplation qui n'a rien d'anodin; c'est une source d'activité, d'activité réparatrice. Cette dimension contemplative de l'adoration est indispensable Sans elle, la dimension réparatrice et l'expérience missionnaire peuvent perdre toute signification. Là où il n'y a pas d'expérience personnelle de l'amour de Dieu, il n'est pas facile de trouver le dynamisme et la vigueur nécessaires pour aborder la vie et la mission. Il est peut-être bon pour cette raison d'insister sur la contemplation autant que sur la réparation dans notre façon de comprendre et de vivre l'adoration et notre charisme ss.cc.

Adoration réparatrice

La contemplation du Christ total du Jésus ressuscité présent aussi dans l'histoire et les événements dans les joies et dans les souffrances des hommes nous fait découvrir Dieu qui souffre dans ses enfants. Notre esprit de réparation nous oriente vers la communauté humaine dans laquelle nous découvrons la présence du mal obstacle à l'amour de Dieu pour le monde.
"Notre réparation est communion à Jésus". En découvrant "le pouvoir du mal qui s'oppose à l'amour du Père et défigure son dessein sur le monde, nous voulons faire nôtres l'attitude et l'oeuvre réparatrice de Jésus". C'est cela que nous faisons par notre adoration qui est partie intégrante de la mission réparatrice de notre Congrégation dans l'Eglise.

Le point de focalisation est le dessein de l'Amour sauveur de Dieu: que "par Lui, avec Lui et en Lui" notre vie et notre monde, libérés du mal et du péché, rendent gloire au l'ère. Notre réparation est orientée en dernier ressort vers cet horizon. Nous nous associons à la réparation du Christ, "nous regardons celui qu'ils ont transpercé", nous voulons participer à sa mission, nous voulons neutraliser l'effet destructeur du péché sur l'oeuvre de Dieu dans l'histoire et dans le monde.

Notre adoration a donc aussi une dimension réparatrice. L'adoration comprise et vécue dans la perspective que nous décrivons petit devenir le moteur de notre mission. Dans le passé, la réparation était presque uniquement liée à l'adoration eucharistique. Nous courons peut-être aujourd'hui le risque de réduire la réparation à l'action et l'adoration à la contemplation.

Pages : « Début   ‹ Précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé