RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de CENTRE PICPUS


Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Suivante ›   Fin »

Retour sur la Session Picpus 2007

par Fernando Cordero ss.cc (Andalousie),
Membre du "Centre Picpus"
in "Horizons Blancs" n°192


J'écris ces lignes un mois après la fin de la session Picpus 2007. Ce que j'y ai vécu c'est décanté et j'ai eu l'occasion aussi de recevoir de différents lieux, des échos de ce qui a été vécu à Picpus, Poitiers et Louvain durant ce mois de juillet.

Je vais utiliser différentes images pour essayer de synthétiser ces trois semaines intenses de spiritualité et de fraternité. La première image le puits qui s'est transformé en symbole devant la chapelle de Picpus. Au début et à la fin de notre pèlerinage congréga¬niste nous avons célébré autour de ce puits. Pour commencer, Bernard Couronne nous a donné le sens de la session "quelques jours, non pas pour nous-mêmes, mais pour faire un pèlerinage aux sources de notre famille religieuse, pour approfondir le charisme et avoir une expérience de congrégation".

Frères et soeurs de 19 pays différents, nous nous sommes donnés rendez-vous à la Maison Mère pour "revenir à notre premier amour et boire aux sources de notre famille religieuse".
Nous avons traité en profondeur plusieurs thèmes: la vie religieuse, la révolution française, l'Ecole française de Spiritualité, le Coeur de Jésus, l'adoration et la réparation. Le bénédictin Hugues Léna a développé l'ascèse monastique et la transformation à travers le frère en qui se trouve la présence du Christ.
Bientôt les participants recevront le contenu de l'ensemble sur cederom. Cela peut être un matériel très valable pour la formation initiale et la formation permanente).

En plus du contenu, je note spécialement la demi-heure d'adoration quotidienne. Une adoration avec peu de textes, peu de chants; seuls les frères et les soeurs devant le Seigneur. La congrégation est née de l'adoration et elle continue à vivre de l'adoration, c'est certainement là notre source.

Tout au long de la session, nous nous sommes efforcés de répondre à la question: comment incarner notre charisme aujourd'hui? C'est une demande faite par la congrégation, l'Église et le monde. Vers où allons-nous diriger nos pas? Quand nous avons visité la Motte d'Usseau, mon attention s'est portée sur la girouette du château sur laquelle sont gravés les Coeurs de Jésus et de Marie. La girouette nous indique la direction du vent. Le vent de l'Esprit nous fera nous situer pour que la force du charisme conduise notre existence. Bernard nous a peint, avec art, le cadre fondamental; notre Supérieur général, Javier Alvarez-Ossorio ss.cc nous présenta, à travers ses homélies dans le Poitou, les défis pour vivre notre charisme aujourd'hui. II essaya d'orienter la girouette vers la fidélité au passé et nous invita à risquer notre vie aujourd'hui selon le style de la Mère Henriette Aymer, de Pierre Coudrin et de Damien qui, face à la mort, ont découvert que la vie n'existait que pour être donnée. Pierre Coudrin a vu ce qu'il devait faire et, dans son grenier il prend conscience de la réalité des gens et des besoins d'évangélisation, il a de la compassion pour les nécessiteux et découvre le prochain. Javier nous encouragea aussi à découvrir le prochain dans les frères de notre communauté, des autres communautés et des provinces qui pourraient avoir besoin de nous.

Au cours de l'Eucharistie de clôture de la session, la célébration d'envoi eut un caractère émouvant. Notre Supérieure Générale, Rosa Maria Ferreiro ss.cc prit sur l'autel le bâton du Père Damien et nous adressa quelques mots avant que ce bâton ne passe de main en main. Chacun eut entre ses mains cet objet sur lequel Damien s'appuyait quand, bien que jeune, la lèpre l'avait affaibli. Cet appui révèle l'Autre appui qui a soutenu Damien à Molokaï: l'amitié avec Jésus. Quelques jours auparavant, le Supérieur Général nous avait exhortés à être des apostoliques. Malheur à nous, Congrégation, si nous ne sommes pas apostoliques! Malheur à nous si nous oublions que le Bon Père a été un évangélisateur! Nous prê¬chons parce que nous avons cru en Dieu et parce que nous avons de la compassion envers ceux qui ne croient pas en Dieu et sont donc comme des orphe¬lins. Il nous a encouragés à mener une évangélisation explicite à travers laquelle nous devions dire que Jésus est Vivant.

En me remémorant ces journées à Picpus, j'ai envie de dire: gratias infinitas. Merci aux Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie qui nous ont permis de nous approcher de leur Amour afin que notre monde brûle. Avec la passion de nos frères martyrs de la rue d'Haxo et les Carmélites de Compiègne, avec les mots de feu du Père Mateo, nous rendons grâce à Dieu qui continue à nous conduire par la main pour contempler, vivre et annoncer l'Amour. Nous témoignons notre reconnaissance aux soeurs de Picpus et de Poitiers qui nous ont fait sentir que nous étions vraiment chez nous sans que rien ne nous manque.
Merci aux frères du Centre Damien, à tous ceux qui ont apporté leur grain de sable pour que la session soit possible. Je note aussi la liturgie préparée avec soin par une équipe et qui a permis de prier de différentes manières, par exemple celle des frères de l'Inde.
La Congrégation se reflétait dans nos visages, nous venions de pays différents et parfois de loin, mais avec un langage unique qui sait prononcer des mots comme famille, adoration, joie, pauvres, service ...C'est là notre vocabulaire à Calcutta ou à Valparaiso, à Kinshasa ou à Dublin, à Hawaii ou à Poitiers…

Evaluations et célébrations

Samedi 28 juillet, troisième matinée de retraite et dernier jour de la "Session Picpus 2007. Ce fut la troisième intervention de Rosa Ferreiro, ss.cc. dont le thème portait sur la Mission : "Envoyés de nouveau en mission dans nos communautés, dans le monde". Rosa soulignait la différence entre ce que Dieu veut que nous fassions et ce que nous voulons faire pour Lu, c'est-à-dire comment être complètement disponibles à la volonté de Dieu. Quelques pistes nous étaient données pour la prière et la réflexion personnelle : Ai-je obtenu dans ma vie personnelle une certaine intégration entre contemplation et action ? Mon péché, quel est-il, l’activisme ou la vie commode ?

La première session de l’après midi fut dédiée à l’évaluation des trois semaines de session et animée par Fernando Cordero ss.cc. En finale, Bernard Couronne ss.cc., Directeur du Centre Picpus, adressa à l’assemblée quelques paroles de conclusion agencés autour des mots visage, cœur et rencontre. En résumé voici ce que Bernard nous a dit : Notre famille religieuse comporte de forts liens familiaux qui nous unissent d’un continent à l’autre. La session a été à la fois un coup d’audace et une affaire de cœur. L’essentiel de notre pèlerinage a été la rencontre, le dialogue intérieur dans lequel chacun et chacune s’est engagé avec le Seigneur. Au cours de ces semaines nous avons bougé dans nos têtes, nous avons découvert de nouvelles facettes du charisme, nous avons marché ensemble comme pèlerins du Cœur de Dieu et du cœur de l’homme. Il nous faut maintenant continuer avec audace la voie évangélique ouverte par Henriette Aymer et Pierre Coudrin. Et puis ce fut l’heure des remerciements adressés à tous les participants et participantes sans oublier tous ceux et celles qui ont rendu possible cette session et en particulier les sœurs des communautés de Picpus. Encore un petit moment nous étions dans la salle pour la remise par les membres du Centre Picpus d’un souvenir : un CD contenant environ 200 photos prises au long de la session et une phrase de la Bonne Mère, du Bon Père ou de Gabriel de la Barre, superbement illustrée par une artiste hawaïenne. A chacun un message pour rentrer chez lui par un autre chemin…

L’Eucharistie finale d’envoi a permis de célébrer avec immense gratitude tout ce que nous avons vécu au cours de la session. C’est encore autour du puits que nous nous sommes retrouvés avant d’entrer en procession à la chapelle. Dans l’homélie Felipe Lazcano, ss.cc. conseiller général et président de la célébration, soulignait que c’est dans la paix offerte par le Christ ressuscité qu’est notre plénitude de bonheur ; cette paix qui fait de nous des acteurs de la rencontre avec le Seigneur mais qui ne gomme pas la croix rencontrée sur le chemin. En conclusion Felipe nous remit entre les mains de Notre Dame de Paix lui demandant qu’elle nous aide à vivre et mourir comme fils et filles des Sacrés Cœurs. Le dernier symbole de l’Eucharistie a revêtu un caractère spécialement émouvant et significatif. Tenant à la main la canne du Père Damien, Rosa Ferreiro, ss.cc. dit quelques mots puis la fit passer à chaque membre de l’assemblée qui gardait un profond et impressionnant silence recueilli. Prendre la canne dans ses mains révélait à chacun et chacune quelque chose de cet « Autre » sur lequel Damien s’appuyait à Molokai.

Le couronnement de la session fut le souper servi en buffet sous la galerie et suivi d’une belle fête internationale où chants, danses et musiques des différents continents rivalisaient de beauté et d’harmonie. Il y eu même une tombola chilienne où chacun reçut un cadeau ! Tout le monde s’y était mis pour la préparation et l’animation fut à la mode africaine Ce fut une belle réussite de communion fraternelle au-delà des âges, des générations, des langues et des cultures… Ce soir, pas besoin de traduction, le langage du cœur parlait toutes les langues et chacun comprenait dans la sienne.

Notre chronique prend fin ici… Cependant elle continuera de vivre à travers de ce que chacun et chacune des participants de la session “Picpus 2007” racontera au terme de ces trois semaines dont l’objectif était de fortifier notre marche d’enfants des Sacrés Cœurs.

Que Notre Dame de Paix continue de nous accompagner et fasse de nous des témoins toujours plus véridiques et crédibles dans nos communautés de par le monde.

Sr Jeanne ss.cc, P. Fernando ss.cc et Fr. Eric ss.cc, membres de l’équipe de communications de la "Session Picpus 2007”

Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé