RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de FIGURES PICPUCIENNES


Pages : | 1 |

Pere Esteban Gumucio, ss.cc (1914-2001)

Esteban: un religieux, prêtre et poète

"Esteban Gumucio était un homme de bonté, de foi solide et transparente, pasteur de son peuple, à l'écoute, proche des petits.

Il accompagnait en particulier des groupes de couples, desquels il disait apprendre à leur contact la beauté de la rencontre entre l'homme et la femme, la valeur du foyer formateur d'êtres humains, et le laborieux artisanat de l'amour.

Sévère envers ceux qui meurtrissent les pauvres, tendre jusqu'à la plus profonde émotion. Heureux d'être dans l'amour du Seigneur, tout le reste n'étant que bavardage. Le Christ lui apprît à tout donner. Tonton Esteban, conteur d'histoires, vieillard à l'âme d'un enfant…

Homme de prière, de silence, d'Eucharistie, à la parole sincère, d'une espérance inébranlable et qui demandait à Jésus de "vivre de telle sorte que n'importe quel homme puisse dire: 'ici, je me sens bien;' et vivre de telle sorte que cela a un parfum de Bonne Nouvelle".

Plein d'humour et d'humilité, C'était un amoureux du Christ: "Je marche à la suite d’un homme qui m’a saisi par le centre de la vie, par ma racine intime et profonde, par le meilleur de moi-même. Je marche à la suite d’un homme qui souhaite que je sois libre, sans chaînes. Je marche à la suite d’un homme qui, tout en étant mon Seigneur, est mon meilleur ami. Lui, je le reconnais à la chaleur de la vérité, à son côté blessé, livré, ouvert, qui me fait vivre en frère de tous(…). Ses traces sont tellement uniques que peuvent aussi bien rentrer les pas des grands saints que le pied d’un enfant (…). Je marche à la suite d’un homme appelé Jésus."

Des frères ainsi embellissent notre congrégation. Ils éclairent le chemin de ceux qui les suivent. Merci Seigneur! Que ta miséricorde nous rende fous de ta miséricorde."

C'est par ces mots que Javier Álvarez-Ossorio ss.cc, Supérieur Général de la Congrégation des Sacrés-Cœurs (Picpus), présentait il y a peu de temps la figure du Père Esteban Gumucio. Mais qui était-il?


Esteban Gumucio Vives, ss.cc (1914-2001)
Serviteur de Dieu


Esteban Gumucio est né à Santiago du Chili, le 3 septembre 1914. Fils de Raphael Luis Gumucio et d’Amelia Vives, il fut baptisé à la Paroisse Santa Ana, le 7 septembre, sous le nom de baptême de Joachim Benedicto.

Il fut élève du Collège Alameda de la Congrégation des Sacrés-Cœurs à Santiago du Chili. A 18 ans, il entre dans la Congrégation des Sacrés-Cœurs. C’est à Los Perales qu’il commencera son noviciat: il prend l’habit le 28 février 1932. Il fait profession temporaire à Valparaiso le 12 mars 1933 et fait sa profession perpétuelle le 22 mars 1936 à Valparaiso également. Il poursuit l’étude de la philosophie et de la théologie au scolasticat de la Congrégation à Los Perales en vue de du sacerdoce.

Il reçoit la tonsure des mains de Mgr Rafael Edwards le 21 mai 1937. Quelques jours après, ce sont les ordres mineurs. Le 24 septembre 1938, il est ordonné sous-diacre par Mgr Thodoro Eugenin, ss.cc. Le 9 octobre 1938, il est ordonné diacre par Mgr Rafael Lira Infante, Evêque de Valparaiso. Le 17 décembre 1938, ce même évêque, Mgr Lira Infante, lui confère le sacerdoce.

Le Père Esteban Gumucio a toujours conservé les mêmes traits de caractère. Son maître des novices, en le présentant à la première profession religieuse, au début de l’année 1933, fait de lui ce portrait: "Il est doté d’une bonne intelligence, se montre très appliqué: il peut faire des études supérieures. Son jugement est droit; son caractère sérieux mais agréable le disposera à la vie communautaire. Pendant toute la période du noviciat, il a joui d’une excellente santé. Cependant, il quelque peu nerveux, avec une tendance au somnambulisme. Ce fut un bon novice, régulier, pieux, modeste, obéissant, travailleur, mais, en bon chilien qu’il est, distrait, oublieux et désordonné."


Provincial et maître des novices

Après avoir terminé son temps de formation, le jeune prêtre est nommé, en septembre 1939, professeur au collège des Sacrés-Cœurs de Valparaiso. L’année suivante, il rejoint le collège de l’Alameda à Santiago. Il y restera quelques années. Le 1er janvier 1947, il nommé supérieur de la communauté de ce collège.

Après la visite du Supérieur Général, le 21 mai 1947, Esteban Gumucio est nommé Supérieur Provincial à l’âge de 33 ans. A cette époque, il y avait dans la communauté des tensions provoquées par la seconde guerre mondiale. En effet, la communauté comptait des pères de différents pays d’Europe. Notons également que la Province comprenait les maisons du Chili et du Pérou.

Comme Provincial, il participe au 27ème chapitre général de la Congrégation à Zandhoven (Belgique), en septembre 1947. On y décide de séparer les maisons du Chili de celles du Pérou qui devient alors pro-province. Il profite de son voyage en Europe pour visiter l’Espagne et faire un séjour à Rome. En 1952, il visite le Pérou comme délégué du Supérieur Général. Le 21 mars ce cette même année, il installe à Lima le nouveau Pro-Provincial. En septembre 1953, il participe au 28ème chapitre général à Zandhoven. Durant son provincialat, il devient le premier secrétaire de la F.I.D.E, fédération qui regroupe divers collèges catholiques du Chili.

En septembre 1953, Esteban Gumucio termine son mandat de supérieur Provincial. Il demeure toujours à la communauté de l’Alameda (Collège de Santiago) dont il est le supérieur, tout en étant vice-provincial. Il le restera jusqu’en août 1959. En 1970, il participera au 31ème chapitre général qui se tient à Rome. De 1957 jusqu’à celui de mai 2000, il ne manquera pas de collaborer aux chapitres provinciaux.

En décembre 1955, une fois terminé son mandat de supérieur de communauté de Santiago, il est nommé Maître des Novices à Los Perales et supérieur de cette communauté. Cette tâche ne lui était pas totalement inconnue puisque, de mai à octobre 1949, il avait remplacé le Maître des Novices de l’époque. En avril 1961, il se rend à Rome pour assister au premier congrès des Maîtres des Novices de la Congrégation. Il l’a été à Los Perales jusqu’à la fin de l’année 1963. Plus tard, de 1977 à 1983, il sera à la charge d’un noviciat en diverses maisons de Santiago ainsi qu’une année à Talcahuano.


Dans la zone sud de Santiago

Au début de 1964, le Père Esteban Gumucio est envoyé à Santiago avec quelques jeunes prêtres pour fonder une nouvelle paroisse dans un nouveau quartier ouvrier, au sud de la capitale. Ce sera la Paroisse San Pedro - San Pablo. Il est, à juste titre, le fondateur. Il fut le premier curé de 1965 à 1971. Il revient après dans cette paroisse pour y travailler jusqu’au jour de sa mort. Il la quitta de 1977 à 1983 pour assurer la charge de Maître des Novices. De 1986 à 1989, il rejoignit la Paroisse San José de La Union, dont il fut le curé en 1987.

A partir de 1990, il vécu dans la communauté du "Pasaje Cochamo", au sud de Santiago tout en assurant un travail pastoral dans les paroisses San Pedro – San Pablo et Damien de Molokaï. Cette dernière fut fondée à partir de la précédente. Tout au long de ces années, il assurera un service de prédication de retraites pour le clergé, les religieux et les religieuses, les laïcs, en diverses régions du Chili et dans certains pays d’Amérique du Sud.

Le mouvement "Encuentro Matrimonial" bénéficia de sa généreuse collaboration: il s’y sentait à l’aise. Dans sa vieillesse, il eu une attention particulière envers les personnes du troisième âge aussi bien par ses écrits que par des journées et des retraites.

En mai 2000, on lui découvrit un cancer du pancréas qui, lentement, pendant qu’il rongeait son corps mettait en valeur la qualité spirituelle d’Esteban Gumucio. Le dimanche 6 mai 2001, en la fête du Bon Pasteur, à 18h30, il mourrait à l’hôpital de l’Université Catholique de Santiago.


Un modèle pour la Congrégation et pour l'Eglise au Chili

Le Père Esteban Gumucio a été, pendant plus de 50 ans, un homme clef pour la vie de la Province du Chili. Ce fut un vrai cadeau de Dieu. Il occupe une place pleine de respect et d’affection dans le cœur de tous, non pas tellement en raison des responsabilités qu’il a assumées que par sa qualité d’homme et de religieux. C’est lui, on peut le dire, qui a justement modelé ce que nous sommes à l’heure actuellement, comme communauté religieuse au Chili. Sa figure a marqué de manière significative toute l’Eglise et la Province du Chili. Laïcs, religieux et religieuses, prêtres et évêques ont vu chez Esteban le témoin fidèle de Jésus et du Père qui se fait proche de tous.

Ses écrits, rédigés tout au long de sa vie, sont remarquablement imprégnés de foi et de vie. Ils resteront comme le plus vivant témoignage de son passage parmi nous, à l'exemple de cet écrit nous partageant sur rêve pour notre Congrégation:

"Mes souhaits pour la Congrégation des Sacrés-Cœurs"

1. Que nous, frères, nous nous aimions toujours en vérité, et, que nous n’ayons pas la prétention d’être des "triomphateurs" mais d’humbles serviteurs. Que chacun soit accepté avec son originalité et ses limites. Qu’importe si à l’avenir nous ne sommes qu’un petit nombre pourvu que nous soyons véritablement frères dans le Cœur de Jésus, avec cette cordialité empreinte de simplicité qui est celle de la Mère de Jésus.

2. J’aimerais que le service préférentiel des pauvres et que notre "Pauvreté pour Jésus" ne nous laisse jamais satisfaits. La pauvreté n’est pas un but en soi. Elle doit nous permettre de nous décentrer. Que nous ressentions dans notre corps la souffrance des pauvres et que nous nous laissions enseigner par eux!

3. Je rêve d’une congrégation joyeuse qui met sa foi en Dieu, quoi qu’il advienne. Vivre comme des enfants aimés gratuitement par le Père, en Jésus et dans l’Esprit, voilà le témoignage essentiel que notre communion dans la Mission doit offrir à l’Eglise et au monde.




Esteban Gumucio, en route vers la sainteté ?

Décédé d'un cancer en mai 2001, Esteban Gumucio avait été enterré dans la concession des frères au Cimetière Général de Santiago du Chili.

Plus de 7 ans après sa mort, son corps a été transféré le 27 septembre 2008 à l'église de la paroisse San Pedro y San Pablo (commune de La Granja), paroisse qu'il avait fondée dans les années soixante. Une foule nombreuse s'est réunie durant toute la journée pour fêter ce retour d'Esteban Gumucio "chez lui".

Le Cardinal Francisco Javier Errázuriz a présidé une eucharistie sur le nouveau tombeau d'Esteban. Lors de la célébration, l'Archevêque de Santiago, pendant son homélie, a signalé qu'Esteban Gumucio avait vécu comme "un authentique disciple missionnaire de Jésus-Christ…":

"(...) Nous sommes venus mettre en terre la semence d'un grand semeur, en espérant que le Seigneur la fasse fructifier pour le bien du peuple chrétien. Nous le faisons avec espérance, et avec l'intuition que nous nous retrouvons devant un authentique bienheureux. Cette parole, nous la laissons avec affection à Dieu et à son Église…"

En juin 2008 déjà, le Cardinal avait proposé Esteban en exemple pour l'Église. Lors d'un hommage au Père Esteban Gumucio à l’Université Catholique de Santiago du Chili, il avait déclaré que, chez Esteban, s’était déployé totalement l’horizon de ce que Jésus attend de nous, manifestant dans sa vie, aussi bien une âme mystique qu’un solide engagement prophétique avec son peuple.

En terminant son intervention, le Cardinal avait déclaré: "Durant ma vie, le Seigneur m’a donné la grâce de connaître beaucoup de gens, beaucoup de personnes, que l’Eglise, un jour, va béatifier et canoniser; c’est une grâce que tous n’ont pas, mais que j’ai vécu par mon travail à Rome. J’ai l’intuition que, dans cette galerie, se trouvera un jour le Père Esteban."

En novembre 2009, à la demande du chapitre provincial des frères du Chili, le Gouvernement Général de la Congrégation des Sacrés-Cœurs a donné au Postulateur général, le Père Alfred Bell ss.cc, la charge d’entamer la procédure de la cause. Ce dernier a nommé le Père Enrique Moreno Laval ss.cc, de la province du Chili, vicepostulateur de la cause en canonisation de notre frère Esteban Gumucio, ss.cc.


Pour en savoir plus sur la figure d'Esteban Gumucio...

Entretiens avec Esteban Gumucio: Esteban par lui-même (Extraits)
© in "Nuestro Padre" Enrique Moreno Laval / Venegas (2000 – Chile)

Site web consacré à Esteban Gumucio:
www.estebangumucio.cl


www.ssccpicpus.fr publie quelques textes d'Esteban Gumucio, ss.cc.
Pour une reprise des textes, demander l'autorisation au webmaster.





Avec la Résurrection de Jésus-Christ, il s’est passé quelque chose:
ma mort a été transformée.



Esteban GumucioAvec la Résurrection de Jésus-Christ,
il s’est passé quelque chose:
ma mort a été transformée.
Maintenant, je peux aller à sa rencontre,
avant même qu’elle se présente,
et lui dérober cette vie qui est mienne.
Je peux lui dire: "Tu ne peux me voler la vie,
car je peux l’offrir avant que tu ne viennes"…
Jésus m’a appris à la donner, corps et âme.
Quand viendra la mort,
c’est un cadavre qu’elle trouvera et je n’y serai pas.
Mon corps appartient déjà au Seigneur,
et depuis le jour de mon baptême,
mes membres au Ressuscité.

Je suis un tout: corps et esprit, un tout pour la vie éternelle.
La mort ne peut me saisir: je suis entre les mains de la Vie,
pour toujours, dans cette source de vie jaillissante.
Celui qu’ils portent au cimetière, ce n’est déjà plus moi:
Que la mort continue de détruire sous terre ce qui est terre!
Elle ne peut atteindre ma personne.
Mon amour ne peut être rongé par les vers.

Du Christ, j’ai appris à tout donner
et tout ce qui a été donné
restera à jamais vivant en Dieu.
"Oh mort : Où est ta victoire ?"

J’apprends à te regarder en face,
à te découvrir vaincue sur la Croix.
Appuyé sur mon Seigneur Ressuscité, je te regarde,
comme un enfant regarde la cage aux lions
blotti dans les bras solides de son père.

Inséparable du premier-né d’entre les morts,
je partage dès maintenant la vie nouvelle de mon Seigneur et Ami.
En son corps et en son sang, j’ai tout remis:
mon univers, mes yeux, mes paroles et mes pensées,
mes lumières, mes obscurités, mes joies et mes peines,
mes activités, mes sentiments, mes largesses et mes limites,
ma chair, mon esprit, et même les obscures profondeurs de mon être.

Que te reste-t-il, mort, sinon un peu de poussière?...
Tu n’es que le linteau. La porte, c’est mon Seigneur.
De ce côté-ci demeurent les temps, les durées, les chemins.
A passer par toi, les limites éclatent
et l’inépuisable nouveauté commence.

J’avance avec le Christ, seul compte à présent son chemin de pauvre.
J’avance transfiguré, différent mais toujours le même,
à la fois vainqueur et vaincu.
Le Christ m’a saisi, il m’a pris avec lui:
Mort, je ne t’appartiens plus.
Humblement vaincue, tu es devenue ma sœur:
"Ma sœur la Mort", petite, grise, servante de notre Pâque.

® Père Esteban Gumucio, ss.cc







Pages : | 1 |
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé