RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de PUBLICATIONS


Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »

Soigner le goût de vivre

"Comment parler avec justesse de la souffrance, surtout de celles des autres, sans paraître présomptueux ?

L'auteur de ces pages a fait le choix de rester dans la fidélité à sa propre expérience. Il évoque sa rencontre de personnes qui souffrent, quels que soient leur âge, leur condition sociale, leur manière de vivre, de penser ou de croire.

Tissé dans la patience et l'humilité, ce récit mêlé de réflexion montre comment on peut, si l'on cherche à entendre la personne avec sa souffrance, aller à la rencontre de l'autre et aussi de soi-même." (4ème de Couverture).


"La présence fraternelle symbolise l'infini qui habite le cœur de l'homme et qui l'entraîne plus loin que lui. Telle est l'ampleur de ce livre. Il raconte des faits, il réfléchit à des attitudes. Il est profondément humain, donc plus qu'humain" (Mgr Rouet).


Gérard de Villers est prêtre, Religieux des Sacrés-Coeurs (Picpus). Il a été aumônier d'hôpitaux, dont à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, où il travaillait avec les soignants du service de maladies infectieuses et avec l'équipe des soins palliatifs.
Il intervient aujourd'hui au sein du Diocèse de Poitiers, dans l'accompagnement du diaconat et dans la pastorale de la santé tout en assurant une présence auprès de personnes âgées. Il l'auteur de Aux frontières de la vie< (1994) et de Malgré la nuit (1998).

"Soigner le goût de vivre"
de Gérard de Villers


Préface de Mgr. Albert Rouet
Postface de : Gilbert Desfosses


Editions Salvator.
190 pages.
16 euros.


"Croire à l'Amour", un livre du Père d'Elbée

A l'occasion du 25ème anniversaire de son décès, les éditions Pierre Téqui rééditent le livre du Père Jean du Cœur de Jésus d'Elbée.

Le Père d'Elbée a été Supérieur Général de la Congrégation de 1938 à 1958. Il était donc opportun que le Supérieur Général actuel Javier Alvarez Ossorio ss.cc préface cette réédition. Il nous montre combien "Croire à l'Amour" est toujours actuel.


"Je commençais l’école primaire lorsque le Père Jean du Cœur de Jésus d’Elbée publiait le livre que voici. C’est l’intérêt pour son auteur qui fut Supérieur général de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, charge à laquelle vient de m’appeler notre dernier Chapitre général qui me l’a fait découvrir. L’itinéraire du Père d’Elbée est singulier: J’ai voulu, autant que faire se peut, mieux connaître cet homme, ce religieux, ce prêtre qui dédie cet ouvrage à son épouse bien-aimée, Mère Claire Marie du Cœur de Jésus.

Peu m’importait de savoir s’il était un penseur brillant. A l’évidence, cet homme a été touché et secoué par la Foi au plus intime de ses amours les plus forts. Le parfum de Dieu s’exhale avec plus de force des personnes passionnées. Tel m’apparut le Père Jean du Cœur de Jésus.

La lecture de "Croire à l’Amour" ne m’a pas déçu. Même si l’auteur est très discret sur lui-même, sa passion irradiée par la foi, la confiance et la tendresse, burinée par les incompréhensions et les conflits transparait presqu’à chaque page. L’homme qui parle dans ce livre connaît la valeur de ce qu’il dit. Et de quoi parle-t-il si ce n’est de l’Amour de Dieu sans lequel toute vie humaine est un naufrage? L’Amour de Dieu, vrai "dogme" de la foi que nous avons tant de mal à accueillir. Ce fut, pour lui, la source d’une joie que rien n’a pu lui arracher.

Cependant, j’ai eu quelques difficultés avec les derniers chapitres de ce livre. Elles sont la mesure de la distance qui nous sépare de l’époque où ont été rédigées ces pages. Le langage de l’auteur sur la souffrance, l’engagement chrétien ou l’eucharistie résonne étrangement a des oreilles accoutumées à d’autres langages théologiques. Mais ces difficultés restent minimes au regard de la lumière qui émane de la première partie du livre et donne la clé de compréhension de tout l’ouvrage: la confiance en l’Amour de Dieu, l’abandon entre les mains de Celui qui nous aime. Clé que le Père Jean a découverte – comme il le rappelle inlassablement – à l’école de Ste Thérèse de Lisieux.

Le Père Jean nous parle de l’Evangile et rien que de l’Evangile. Un Evangile pour tous et non pour une élite ; un Evangile qui n’est pas une théologie pour des spécialiste mais vie; un Evangile qui se déchiffre dans l’existence du croyant car c’est là que se dit et se révèle l’Amour de Dieu pour chacun. "On ne lit pas assez l’Evangile à la lumière de l’Amour du Christ", écrit-il.
Voilà la véritable perspective pour comprendre l’essentiel. Voilà le chemin pour entrer dans l’Amour confiant.

Il nous faut croire que Jésus nous aime. Il nous faut croire qu’Il a donné sa vie pour nous, que nous sommes une joie pour Lui, que cet amour est gratuit et ne dépend pas de notre bonté, que notre bonheur consiste à nous remettre entre ces mains.
C’est là, le secret de la paix du cœur et la source la plus abondante de courage, de liberté, de générosité et de force pour aimer les autres. "Cet amour, c’est la vie mais sans cet Amour, écrit l’auteur , tout peine, tout fatigue, tout est lourd". Notre drame c’est de trop croire à notre misère (et à celle des autres) et pas assez à l’Amour miséricordieux.

Une question se pose. Dans ses prédications, le Père Jean voulait apporter une réponse aux problèmes intimes de ses auditeurs. Nous devinons, qu’il s’agissait de chrétiens fervents, de personnes consacrées vivant leur foi dans le registre de l’exigence morale et spirituelle, tourmentées par l’incapacité d’arriver à une perfection se dérobant sans cesse. Quelle libération lorsqu’on découvre cet Amour inconditionnel de Jésus qui n’est pas une réponse à nos mérites (comme le pensaient, semble-t-il, les pharisiens) ou à une quelconque perfection illusoire que nous aurions acquise par nos propres efforts. Oui, l’amour de Dieu est toujours premier: il est un cadeau offert à chacun et chacune gratuitement. Quelle libération pour tant d’âmes croyantes accablées de scrupules.
Ce livre, ne serait-il, donc, destiné qu’à un petit groupe de personnes dans une société massivement marquée par l’indifférence religieuse Serait-il démodé aux yeux de chrétiens qui ne ressentiraient plus le besoin d’être débarrassés de lourds fardeaux? J’ose croire que non. Car il contient une vérité essentielle dont nous avons tous soif. "Nous vivons trop souvent comme des orphelins". Nous gérons notre vie, ses douleurs, ses joies ses conflits, ses amours, ses rêves, ses succès et ses échecs comme si nous ne connaissions pas le Père qui nous aime.

"Le vrai problème est le cœur humain". Pourquoi sommes-nous si sévères, si orgueilleux, si peu inclinés à la compassion? Notre cœur est malade et il n’y a qu’un médecin capable de nous guérir parce qu’il nous aime du plus grand amour: Jésus. Le livre que voici est un témoignage formidable d’amour du Christ, une audacieuse confession de foi en Jésus: C’est lui qui nous sauve. Il nous sauve avant tout de nous-mêmes, de nos tristesses insondables, de nos violences, de la honte de nos misères, de notre incapacité au pardon, de notre nostalgie de la communion. C’est lui qui nous invite à croire à ce qu’il y a de plus scandaleux et libérateur: l’Amour du Père qui serre entre ses bras son fils perdu.

D’autres grands témoins actuels, tel le Frère Roger de Taizé, constatent la puissance de guérison de l’amour de Jésus chez ceux qui acceptent de mettre leur confiance en Lui, produisant des fruits de paix, de réconciliation et de bonté du cœur même au milieu des plus dures épreuves. Nous savons que cela est vrai mais nous n’arrivons pas à y croire. L’inquiétude nous accable. Quelque chose continue à nous dire que "c’est trop beau pour être vrai. Et pourtant rien, si ce n’est cet amour confiant n’est capable d’étancher notre soif.

Que la lecture de ces pages dans lesquelles le Père d’Elbée nous livre l’élan qui a porté sa vie, aide le lecteur, comme elle m’a aidé, à "croire à l’amour" et à en être transformé. "Car, il n’y a rien au monde dont je sois plus sûr que de l’Amour de Jésus pour chacun de nous.""


Frère Javier Alvarez Ossorio ss.cc
Supérieur général de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie

Préface de "Croire à L'amour"
Editions Pierre Téqui
2007, 400p.

Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé