RECHERCHER
Accédez à la médiathèque de RESSOURCES


Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »

2010-2011, JUBILE DE GUSTAV MAHLER

par Luc Schweitzer, ss.cc

>>Quand il meurt, le 18 mai 1911, à l’âge de 51 ans seulement, Gustav Mahler ne doit sa notoriété qu’à ses talents de chef d’orchestre.
Pendant dix ans, de 1897 à 1907, il fut à la tête d’un des Opéras les plus prestigieux, celui de Vienne, où il dirigea, entre autres, des œuvres de celui qu’il admirait entre tous, Richard Wagner. Mais ses propres compositions demeurent méconnues (symphonies, lieder avec orchestre).

Il faudra attendre encore une cinquantaine d’années après la mort de Mahler, jusqu’au début des années 1960, pour qu’on se persuade qu’on avait affaire à un compositeur de génie. Entre temps, il est vrai qu’il y eut la période sombre du nazisme, pendant laquelle Mahler fut, dans son propre pays, classé au rang des "musiciens dégénérés" et interdit d’exécution.

Mahler lui-même se définissait volontiers comme un apatride: "Je suis trois fois un exilé, disait-il : comme natif de Bohême en Autriche, comme Autrichien en Allemagne, et comme Juif dans le monde entier."

Chaque année, durant l’été, Mahler avait pris l’habitude de s’isoler dans un chalet de montagne, au Tyrol ou dans les Dolomites, et c’est là qu’il se livrait à son travail de composition, à ses symphonies monumentales et à ses lieder. Ses sources d’inspiration, il les trouvait bien sûr au contact de la Nature (bruits de la forêt, chants d’oiseaux, danses paysannes), mais aussi, à contrario, dans les sinistres bruits que font les hommes en arme. Dans ses symphonies alternent souvent des marches militaires funèbres et l’exaltation d’une joie presque extatique. Joie qui n’est pas sans rapport, à certains moments, avec les rituels et la liturgie catholiques qui fascinaient Mahler: c’est particulièrement vrai dans les symphonies n°2 et n°8.

Comme beaucoup de grands artistes, on peut dire de Mahler qu’il était en avance sur son temps. Si son œuvre a dû attendre jusqu’au début des années 1960 pour être reconnue à sa juste valeur, c’est aussi sans doute parce qu’elle était prémonitoire : elle pressentait les drames à venir, les guerres mondiales, les camps de concentration et toutes les horreurs du XXe siècle. Mais elle disait aussi l’espérance et la joie, plus fortes que toutes les abominations. Je ne sais s’il en avait conscience, mais oui, Mahler composait pour les générations à venir, il composait pour nous, et son œuvre n’a pas fini de nous bouleverser.


2010-2011, JUBILE GUSTAV MAHLER

par Luc Schweitzer, ss.cc

Sur le jubilé Gustav Mahler: http://en.gustavmahler.eu






2010 ANNEE CHOPIN

par Luc Schweitzer, ss.cc

>> Nous commémorons en 2010 le bicentenaire de la naissance de deux des plus grands compositeurs du XIXe siècle: Robert Schumann et Frédéric Chopin.

Chopin est né, comme on le sait, en Pologne, à Zelazowa-Wola, le 22 février 1810, d’un père français et d’une mère polonaise. Très tôt, voyant celle-ci au piano, il se passionne pour cet instrument au point qu’il lui consacrera sa vie.
Non seulement il prend des leçons de piano, mais, enfant prodige, il s’essaie très vite à l’improvisation puis à la composition. Dès 1817, une polonaise en sol mineur est éditée. Les critiques sont élogieuses et Chopin ne tarde pas à connaître la célébrité.

Dès qu’il peut, il entreprend des voyages: il se rend à Berlin où il croise Mendelssohn, puis à Vienne en 1829. Le concert qu’il y donne le 11 août de cette année-là obtient un succès retentissant. En 1831, la répression de l’insurrection polonaise contre les Russes l’oblige à quitter définitivement la Pologne, pays auquel il restera néanmoins très attaché jusqu’à la fin de ses jours. A Paris, il fait la connaissance de nombreuses personnalités, en particulier de Liszt. Son premier concert parisien, en 1832, est un triomphe. Sa renommée est telle qu’on se bouscule afin d’être admis parmi ses élèves.

Mais Chopin n’apprécie que fort peu les concerts, d’autant plus que sa santé se dégrade. Il préfère se produire devant un public restreint. En 1836, chez Liszt, il est présenté à George Sand avec qui il vivra une liaison d’une dizaine d’années. Il compose pendant ces années-là nombre de ses chefs d’œuvre. Malheureusement, la tuberculose gagne du terrain, son état ne cesse d’empirer et il meurt, à Paris, le 17 octobre 1849.

Après ce résumé fort bref de la vie du grand compositeur, je voudrais simplement inviter à écouter ou à réécouter Chopin d’une oreille neuve, en oubliant autant qu’il est possible les poncifs et les stéréotypes qu’on attribue généralement à ce musicien. Certes les clichés de l’artiste solitaire et souffreteux, du musicien de salon, de l’homme tourmenté ne sont pas entièrement faux, mais ils ont le tort de ne nous faire entrevoir qu’une parcelle de vérité. Ne réduisons pas Chopin à ces quelques clichés!

Les meilleurs interprètes de Chopin sont ceux qui ne cèdent pas trop à la virtuosité. Contrairement à son ami Liszt, Chopin n’était pas un virtuose, d’où son peu de goût pour les grands concerts. Sa musique n’est pas tant faite pour briller que pour parler au cœur, elle doit être interprétée comme sur le ton de la confidence. En cela, Chopin se démarque de la plupart des musiciens de sa génération. D’ailleurs, il admirait davantage les maîtres du passé, Bach et Mozart, que ses contemporains, Beethoven ou Schubert. Le langage musical de Chopin peut paraître simple, mais ne nous y trompons pas: on sait bien qu’il n’y a rien de plus difficile que de donner l’apparence de la simplicité. C’est peut-être pour cette raison précisément, parce que ce langage, qui emprunte largement au folklore polonais, paraît simple, que cette musique, aujourd’hui encore, va droit au cœur de l’auditeur.



2010: Année Chopin

par Luc Schweitzer, ss.cc

Sur l'Année Chopin: www.frederic-chopin.com/

Site web de la Société Chopin à Paris qui organise un Festival Chopin du 18 juin au 14 juillet 2010.





Pages : | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivante ›   Fin »
Mentions légales - Contacter le webmaster - Accès privé